Bretagne

Publié le par Serviteur d'Odinn-Brahma

La Bretagne, appelée Armorique dans l'Antiquité, fut habitée par des peuples appartenant à la civilisation mégalithique, comme en témoignent les alignements de Carnac, dans le Morbihan. Les Celtes s'y installèrent au VIe siècle av. J.-C. Les Vénètes celtisés résistèrent vaillamment à Rome, qui ne soumit la région qu'en 51 av. J.-C., à la suite d'un combat naval dans le golfe du Morbihan. L'Armorique fut alors englobée dans la province de Gallia Lugdunensis. Cependant, à la différence du reste de la Gaule, l'Armorique ne fut jamais complètement romanisée.

Les grandes invasions germaniques du IVe siècle n'atteignirent pas vraiment la région. Néanmoins, de nouveaux flux migratoires s'opérèrent à partir de 470. Les Britons (Bretons), population celte chassée des îles Britanniques par les Angles et les Saxons, se réfugièrent en effet en Armorique, qui prit dès lors le nom de Bretagne. Ces nouveaux colons participèrent activement au développement de la vie chrétienne de la région, qui se couvrit de monastères.

En 636, Dagobert Ier, le roi des Francs, imposa sa suzeraineté à la Bretagne. Deux siècles plus tard, Nomenoé, un seigneur local, lutta contre Charles le Chauve et affirma l'indépendance de la Bretagne en fondant la première dynastie des comtes de Rennes en 846.

En 987, l'un de ses descendants, Conan Ier, prit le titre de duc, et, en 1187, Arthur Ier, petit-fils du roi Henri II d'Angleterre par l'alliance de sa mère Constance, fille du duc Conan IV de Rennes avec Geoffroi II Plantagenêt, reçut le titre de duc de Bretagne dès sa naissance. Arthur fut assassiné sur l'ordre de Jean sans Terre, mais sa soeur, qui épousa un prince capétien, Pierre Ier de Dreux, dit Mauclerc, fonda une nouvelle dynastie de ducs de Bretagne, reconnue cette fois par la couronne de France. Cette branche capétienne s'éteignit en 1341, ouvrant la guerre de succession de Bretagne. Celle-ci se termina par la victoire de Jean de Montfort, demi-frère du dernier duc, Jean III, qui remporta cette lutte sur Charles de Blois.

La dynastie des Montfort, qui régna plus d'un siècle sur une Bretagne alors en pleine prospérité, et pratiquement indépendante, finit par conclure une alliance avec la famille royale en 1491, par le mariage d'Anne de Bretagne, fille de François II, dernier duc de Bretagne, avec le roi de France Charles VIII, puis, en secondes noces avec le roi Louis XII, qui avait fait annuler son mariage avec Jeanne de France. Leur fille Claude de France épousa François Ier, rattachant ainsi définitivement le duché de Bretagne à la couronne de France.


L'histoire de la Bretagne s'insère alors dans l'histoire de la France à partir de 1532, mais cette province conserva toujours certaines particularités. Les États se réunissaient tous les ans à Vannes ou à Rennes. Un parlement s'installa à Rennes. Les ports se développèrent aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment Nantes, qui prospéra grâce au commerce des esclaves et aux produits des Antilles, Morlaix, Saint-Malo, ports de pêche à la morue, Lorient, tourné vers les Indes orientales, tandis que Brest, fondé par Richelieu, vit se développer son arsenal.

Pendant la Révolution française, la région fut un des foyers des guerres de Chouannerie.

Au XIXe siècle, malgré une démographie en hausse, la Bretagne prit un tel retard économique que cela entraina un important mouvement d'émigration (principalement vers la capitale) et engendra un mécontentement tel qu'il se traduisit par la création des premiers mouvements autonomistes, au début du XXe siècle.


Anne de Bretagne


jeune bretonne


femme bretonne


défilé breton


Un jeune breton


petites filles bretonnes


vieille photo jeune fille de locquirec


bretonne vannetaise


jeunes bretons


breton de la presquile de Quiberon


petites filles bretonnes


enfants bretons


petit couple de Bretagne

Commenter cet article

Cosquer 19/04/2017 23:13

Il me semble qu'il vous soit nécessaire de consulter le livre bleu de la Bretagne écrit par Louis Melennec.
De plus et chez ce m^me auteur, qu'il vous est nécessaire de consulter ses conclusions qui affirme que la Bretagne n'a jamais été française... Selon le droit international de l époque. L'université Anglaise vous serait d'une grande utilité pour comprendre que les peuples passés sous administration française sont nombreux a avoir été victime d'une anexion forcée, sans valeur donc. Je vous invite à revoir votre article