Portail de la spiritualité / religiosité indo-européenne

Publié le par Odinn


Chaque peuple s'approprie son espace naturel et le transforme en un agrosystème qui lui est propre, il gère et idéalise de façon particulière son environnement. Avec la prise de conscience de l'impact des activités humaines sur la biosphère, l'individu redécouvre son milieu. La faune et la flore ne sont pas en reste. En comprenant comment l'homme gère son espace, une réflexion se produit sur la notion de biodiversité d’un point de vue sociétal, philosophique et éthique. Au sein de notre humanité actuelle, la connaissance de la nature se fait rare. Elle occupait pourtant une place primordiale chez nos ancêtres. Seules quelques tribus amérindiennes, africaines, aborigènes ou asiatiques, forment un lien continu avec leurs cultures ancestrales. L'écoanthropologie ou ethnoécologie (étude des connaissances écologiques des différents peuples) est une aide précieuse pour la défense de l'environnement. Elle est aussi essentielle au respect de la biodiversité. Pourtant, si celle-ci est réalisable auprès de ces populations, elle l'est beaucoup moins auprès des populations européennes.

Contrairement aux idées reçues, la plupart des pays occidentalisés connaissent mal leur histoire. Si l'Histoire moderne est enseigné dans les écoles, qu'en est-il de nos fondements culturels et conceptuels du monde ? L'industrialisation réalise une cassure net avec nos repères antérieurs. Aujourd'hui, les "leçons de choses" sont tombés dans l'oubli, et les chamanes d'Océanie semblent bien plus sérieux que les associations folkloriques druidiques. L'Homme moderne a beaucoup plus a apprendre des populations autochtones que l'inverse. Grace à elles, il comprend combien sa mémoire est importante. Ce site est une étude spirituelle et anthropologique des peuples européens. Plus précisément, elle se veut une fenêtre ouverte sur les cultures natives européennes. Sont étudiés ici toutes les cultures indo-européennes (celtique, grecque, romaine, germanique, perse, védique, celte du xin jiang, tadjik, ouighour, kalash, etc.). À travers elles se dessinent une sagesse primordiale qui pourrait bien, un jour, permettre aux européens de retrouver leur place parmi les enfants de Gaïa.




Pour naviguer correctement sur ce site, veuillez vous aider du menu à gauche de votre écran.

Commenter cet article